Le Voyage aromatique (projet en cours)

lavande005Sur une initiative de Serge Marcel, apiculteur du Diois, je suis en train de travailler sur un projet de livre pédagogique sur les plantes aromatiques iconiques des cultures de la vallée de la Drôme. Pour chaque plante, une planche botanique et une description de la plante, son biotope et ses utilisations par l’être humain. En vis-à-vis, une planche de bande dessinée présentera des aspects connexes de la culture de cette plante (apiculture – ici dans le cas de la lavande -, pharmacologie, cuisine, etc.).

aromatique002

Planche illustrant la lavande et son caractère propice à l’apiculture

Le livre a pour but d’être accessible aux élèves de CE2/CM1 et les planches de bande dessinée seront présentées par de petites abeilles (recherches ci-dessous).

Un dossier d’étude de ce projet vient d’être réalisé. J’espère pouvoir vous en montrer un peu d’ici la fin de l’automne.

N’en Parlez Jamais

Pendant le confinement, j’ai laissé de côté le scanner et l’ordinateur afin d’avancer le plus sereinement possible sur mon « nouveau » projet: une histoire de la colonisation en Algérie par la France.

Cette histoire est quasiment absente des programmes scolaires, où l’on aborde tout juste la guerre d’indépendance algérienne, si bien qu’on ignore presque tout des 132 années de présence coloniale de la France en Algérie.

Le projet a été motivé par ma passion pour l’histoire et la politique, ainsi que le fait que mon père ait été soldat durant le conflit (mais ne serait-ce pas le fondement même de ma passion pour l’histoire et la politique?).

papa

Après avoir été soldat, mon père est devenu juriste d’entreprise, mais c’est une autre histoire!

Il y a dix ans, j’avais bénéficié d’une résidence d’écriture sur le Plateau de Millevaches de deux mois et avais entamé une première version (140 pages) de ce livre. Mais je n’étais pas satisfait du travail effectué et avais décidé de laisser ce projet de côté le temps de finir Armand.

vieille_page

Extrait de l’ancien projet. Le nouveau abandonne très vite le registre autobiographique pour se concentrer sur la violence d’État qui émaille ce long siècle colonial.

La résidence avait au moins eu le mérite de bouleverser ma vie, puisque c’est à la suite de celle-ci que je me suis décidé à vivre pleinement de la bande dessinée (ce qui consiste à manger invariablement des pâtes en étant à découvert), puis je me suis installé sur ledit Plateau quelque temps plus tard pendant trois ans.

 

Depuis le début de l’année 2020, j’ai tout repris à zéro et ai terminé le premier chapitre sur une douzaine courant mai. J’espère avoir fini d’ici un an.

Vous pourrez retrouver régulièrement l’avancée du travail sur ce blog.

Le titre de ce projet: N’en Parlez Jamais!

Malgré la bizarrerie du titre, il se justifie par la chape de silence qui pèse sur tout ce qui a trait à cette histoire en France.

Bon, ceci dit, n’hésitez pas à en parler autour de vous quand même, hein!

nepj007

Extrait de la nouvelle version.

Armand – la page oubliée…

Stupeur ce matin…

Alors même que je cherchais une idée dans Armand pour réaliser une image promotionnelle pour The Hoochie Coochie, je me suis rendu compte que la page dont je comptais m’inspirer ne figurait pas dans le livre!

Un oubli fort peu dommageable au final, qui a pour seul effet de désépaissir un peu moins le mystère autour du personnage de Francis Lariège.

Si vous avez le livre sous la main, cette page vient en préambule de « 2e reprise: Moktar vs la Frite » et donc juste après « Henri Vircoulé, journaliste au Francilien ».

Arf… La voici donc!

moktar et la frite 00001.jpg

À propos, l’expo est encore visible jusqu’au 13 février au local des éditions Même Pas Mal, 4 rue des 3 Rois à Marseille.

La Traque de Kenny Martins

expo_armand_MPM

48h, c’est le temps que se donnent Armand et Idrissou pour retrouver l’identité du meurtrier de Moussa Kango avant les flics. William, Achour et Guesh ont la rage d’un american staff et le flair des meilleurs limiers dès qu’il s’agit de mettre sens dessus-dessous les coins à crack de Clignancourt pour mettre la main sur leur homme. Un épisode supplémentaire d’Armand, le polar de Gautier Ducatez, qui s’écrit en pastiche de pochettes iconiques du hip hop. Du 113 à MF Doom, des Gravediggaz à IAM. Le tout en format 33 tours, bien sûr!

Après Paris dans le cadre du festival Circus et Die où elle était accrochée une bonne partie de l’été au restaurant Les Petits Fourneaux, l’exposition « La Traque de Kenny Martins » liée à la publication d’Armand sera présentée pour la troisième fois de l’année, et cette fois-ci à Marseille, chez les copains de Même Pas Mal.

Ici, pas de planches originales donc, mais de réelles pièces d’exposition en bande dessinée.

Voici ci-dessous les images de l’expo. Venez voir les originaux! Et bravo à celles et ceux qui trouveront toutes les pochettes d’origine!

Armand en librairie!

Armand, de Gautier Ducatez

Comme le dit l’éditeur:

Le patron est mort et c’est à son frère de reprendre les affaires mais ce n’est pas simple quand on est derrière les barreaux et que tous ses lieutenants se font la guerre pour récupérer la plus grosse part du gâteau. Le seul sur qui il puisse compter c’est Armand, le gamin élevé́ par la « famille » depuis la mort de son père.

Mais Armand n’attirerait-il pas un peu les emmerdes ? Ou pire, ne les fabriquerait-t-il pas ? Et au fond, Armand ne devrait-il pas faire autre chose de sa vie ? Après tout il peint plutôt bien. Il aurait même du talent selon Piczulski, le faussaire…

Finalement chacun a son avis sur Armand et c’est sur ce principe que Gautier Ducatez a choisi de construire son récit : dans une succession de points de vue, tous forcément imparfaits puisque ce n’est jamais celui d’Armand.

À travers ce polar mafieux, Gautier Ducatez réussit à dessiner le portrait d’une jeunesse, celle de la fin du XXe siècle, dépossédée de son avenir et de son identité et pour laquelle la violence est tellement omniprésente qu’elle n’a plus le moindre sens.

Tout ici est parfaitement ciselé, de l’argot des flics et des bandits aux décors gris des tours ou crasseux des bistros. Bref, s’il on se demandait où était passé le fondateur de The Hoochie Coochie, c’est qu’il travaillait à nous offrir Armand.

https://www.thehoochiecoochie.com/catalogue/livres/hors-collection/266-gautier-ducatez-armand